eaubonne
budenheim
rencontres
aeb
liens
archives
apprendre
actualite
index
contact
divers

= Archives 2008 =

Rubrique en construction...

Association Eaubonne-Budenheim

Le site de l'AEB est associatif, les photos de personnes physiques ou de biens y apparaissant peuvent être ôtées sur simple demande écrite à l'attention de l'AEB en mairie d'Eaubonne. Les liens vers des sites extérieurs sont proposés à titre informatif, l'AEB n'est en aucun cas responsable de leur contenu.

Eaubonne

Budenheim

Rencontres

AEB

Liens, adresses

Archives

Apprendre l'allemand

Actualité

Accueil

Contact

  > Vacances de printemps 2008 : Le football eaubonnais à l'heure allemande


C’est dans une belle continuité sportive que le jumelage entre Eaubonne et Budenheim a offert à 32 jeunes footballeurs du CSME, pour la seconde fois en deux ans, l’opportunité de partager leur passion du ballon rond avec leurs homologues d’outre-Rhin.


Accompagnés d’une douzaine d’éducateurs et dirigeants, les garçons ont été accueillis avec chaleur dans les familles pendant les vacances de printemps.


De nombreuses activités leur ont été proposées tout au long des cinq jours : outre la visite « à la torche » de la magnifique forteresse de Rheinfels (Bingen) suivie d’une promenade le long des rives du Rhin à St. Goar, les jeunes ont arpenté les rues de la belle ville de Mayence, dont ils ont pu admirer la splendide cathédrale. Comme en 2006, le président du club de Budenheim, Herr Sieleger, entouré de parents de jeunes footballeurs allemands, a guidé notre groupe avec enthousiasme et disponibilité.


Les activités ont emporté l’adhésion de tous : une après-midi au centre aquatique Rheinwelle et une journée entière dans un parc d’attractions voisin ont donné à chacun l’occasion de partager à la fois franches rigolades et sensations fortes.


Dans le domaine sportif, c’est dans la bonne humeur que les joueurs ont échangé leur savoir-faire, balle au pied, lors de plusieurs séances d’entraînement. En outre, un tournoi organisé en l’honneur des jeunes Français a regroupé plusieurs équipes des environs. Dans la catégorie -13 ans, les Eaubonnais se classaient… tandis que nos benjamins remportaient brillamment le trophée.


Pour clôturer ce sympathique séjour, la rencontre amicale entre nos deux nations a permis à nos hôtes de prendre une revanche bien méritée. En effet, les supporters de la Mannschaft ont remporté la victoire en -13 ans, les benjamins leur concédant un très honnête match nul…


Et c’est sous le signe de l’amitié, lors d’une dernière soirée barbecue, que Français et Allemands se sont dit au revoir et …à bientôt.

> Les Festivités du 40ème anniversaire du jumelage (Budenheim 16-18 Mai 2008)       

Discours du maire de Budenheim (M. Becker) :


Mesdames, Messieurs,

Chers visiteurs,

Chers amis de notre jumelage !


C'est avec grand plaisir que je vous salue tous, à l'occasion de la fête de l'anniversaire de notre jumelage Eaubonne-Budenheim et je salue tout particulièrement nos amis d'Eaubonne.


Je suis très heureux que vous soyez venus ce week-end pour participer et contribuer  à la réussite de notre grande fête, et ainsi vivre l'amitié entre nos deux villes unies par le jumelage.


"Ambassadeur de l'honneur", c'est ainsi que l'ancien ministre des Affaires Etrangères, Hans Dietrich Genscher, appelait les gens qui s'engageaient dans des jumelages entre villes. Pendant ces quarante années, beaucoup de personnes à Eaubonne et Budenheim sont devenus de tels ambassadeurs et ont rendu ce jumelage vivant par leur activité et leur amitié.


L'Europe nous apparaît parfois comme une construction abstraite, derrière un voile. Mais les rencontres dans le cadre des jumelages nous permettent de vivre l'idée européenne.


Même aujourd'hui, il existe encore des réticences envers des cultures et des religions que nous ne connaissons pas.


Pendant ces quarante années de jumelage, partagées avec nos amis d'Eaubonne, de tels réserves et préjugés se sont effacés peu à peu et beaucoup de relations amicales les ont remplacés.


Vivre ensemble, apprendre à connaître les traditions familiales et sociales, partager les problèmes de la vie quotidienne, tout cela témoigne des facultés de compréhension et de tolérance qu'on a pu acquérir.


Ceux qui ont fondé ce jumelage ont contribué dans leur domaine de responsabilité à réduire les barrières d'intégration, en faveur d'une Europe réunie.


Leur motivation résulte de ce que l'histoire commune leur a appris, de leurs expériences et en particulier de leurs expériences personnelles. Tous ces gens ont été motivés par le profond désir de passer les frontières, de mieux se connaître et s'entendre.


Il fallait franchir des fossés profonds et guérir les plaies graves causées par la guerre.


Aujourd'hui, en mémoire de ces pioniers du jumelage Eaubonne-Budenheim, il y a deux noms, deux hommes qui méritent notre plus grand respect et notre reconnaissance. L'un d'eux est l'ancien maire de Budenheim, M. Erwin Renth, décédé en 1993 et M. André Petit, maire d'Eaubonne à cette époque et dont la présence à notre grande fête me réjouit particulièrement. Je le salue très cordialement. M. Erwin Renth et M. André Petit étaient, à l'époque, les responsables du conseil municipal de leur commune et ils ont mis toute leur force dans la création de notre jumelage, ils ont contribué ainsi à la réconciliation entre nos deux pays. Je remercie les membres du conseil municipal de l'époque de leur clairvoyance et de leur décision qui a permis la fondation de notre jumelage. Ils ont, à cette époque, pris une décision très intelligente.


Je veux aussi remercier mon prédécesseur, M. Franz Bopp, de son travail et ses efforts pour la poursuite et le développement du jumelage pendant les vingt années de son mandat.


Je salue particulièrement mon confrère, M. François Balageas, et sa femme, Mme Balageas. Ce sont principalement les maires qui représentent la force vive du développement de notre jumelage. Cher François, je te remercie de ton engagement et je suis heureux de continuer et de renforcer le plus possible notre amitié!


Je veux saluer tous les adjoints, les conseillers municipaux qui contribuent à la réussite de notre amitié et je les remercie cordialement de leurs efforts.


Le document de jumelage est très beau, mais c'est seulement du papier ! Ce sont les gens qui donnent un esprit vivant au jumelage par les relations amicales qu'ils ont développées. Un grand merci aux associations AEB et DFG et à leurs présidents Mme Lili Maier et M. Jacques Humbert. Leurs efforts sont irremplaçables.


A la mairie, le jumelage a toujours été une affaire de chef, c'est à dire que la plupart du travail a été effectuée par les secrétaires. Chère Mme Wüstenhaus, vous avez exercé cette fonction pendant trente années et vous l'avez fait avec une efficacité incomparable. Je suis heureux que vous soyez parmi nous aujourd'hui, vous et votre mari.


Bienvenue aussi à Mme Thonipara, pasteure de notre église protestante ! Merci beaucoup pour vos activités en faveur du jumelage.


Bienvenue aussi aux agents de presse et à M. Heribert Schäfer, responsable de la chronique de notre village.


C'est une belle cause qui nous réunit ce week-end. Nous célébrons le quarantième anniversaire de notre jumelage, quarante ans du passé et aussi notre avenir.


Nous sommes tous appelés à cultiver la fleur de notre amitié et la faire fleurir en nous réunissant pour cette grande fête !


Bien sûr, la réalisation de cet événement exige l'effort personnel et l'activité de tous les participants. Je remercie toutes les familles qui reçoivent nos amis d'Eaubonne. Je remercie tous ceux qui ont aidé à la préparation et à la réalisation de notre grande fête.


Je vous souhaite une bonne et agréable soirée avec des conversations intéressantes. Je souhaite à notre jumelage un bel avenir.


Je vous appelle à concevoir l'idée européenne comme un cadeau, à renforcer notre amitié maintenant et demain et à l'élargir, là où c'est possible.


C'est ainsi que nous pourrons apporter notre contribution à une Europe de paix, libre et unie.


Vive Eaubonne, vive Budenheim et vive notre jumelage !


Bonne soirée !

Discours du maire d'Eaubonne (M. Balageas) :


Mesdames et Messieurs,

Mes chers amis,


Je tiens tout d’abord à remercier nos hôtes de leur accueil et toutes les personnes qui ont travaillé à la réussite de ce 40ème anniversaire, particulièrement Frau Gethoeffer et Mlle Elise Viguier de la Direction des Affaires Culturelles, ainsi que tout le personnel municipal de nos deux communes. Le rendez-vous que nous avons aujourd’hui est un événement important dans la vie de nos deux communes et il n’aurait pas pu être aussi réussi sans leur participation active.


Aujourd’hui, en France, plus de 2000 collectivités territoriales représentant plus de 43 millions de Français sont jumelées avec des villes ou collectivités étrangères. Dans le Val d’Oise, plus de 35 communes se sont lancées dans l’aventure du jumelage.


Eaubonne est une des premières villes du département à avoir créé un lien d’amitié au-delà des frontières et des différences culturelles.


Jean Bareth, l’un des fondateurs du Conseil des Communes et Régions d’Europe, a ainsi expliqué le jumelage : « Un jumelage, c’est la rencontre de deux communes, qui entendent proclamer qu’elles s’associent pour agir dans une perspective européenne pour confronter les problèmes et pour développer entre elles des liens d’amitié de plus en plus étroits ».


Cette définition exprime bien les différents visages du jumelage :

- Qu’est-ce qu’un jumelage sinon une expérience humaine ! C’est l’expression de rencontres directes entre plusieurs individus. Avant de devenir politique, au sens noble du terme, un jumelage est une relation affective. J’insiste particulièrement sur ce point car je pense qu’il est fondamental.

C’est une expérience humaine car il démontre une capacité d’ouverture sur l’extérieur, une envie de chercher à comprendre et à connaître l’autre, à l’heure de la mondialisation et du métissage des cultures. Ce sont des amitiés qui se nouent, des échanges qui se multiplient, des esprits et des cœurs qui s’ouvrent aux problématiques, aux opinions et aux habitudes des autres.

- Mais un jumelage c’est également une démarche à long terme (nous le voyons ce soir : déjà 40 années de mariage…).

Comme l’explique notre serment de jumelage, notre démarche vise à un engagement respectif de nos communes afin

"- de maintenir des liens permanents entre les municipalités de nos communes, de favoriser dans tous les domaines les échanges entre leurs habitants pour développer par une meilleure compréhension mutuelle le sentiment vivant de la fraternité européenne,

 - de conjuguer nos efforts afin d’aider dans la pleine mesure des moyens au succès de cette nécessaire entreprise de paix et de prospérité : L’unité européenne".


Afin que les valeurs fondatrices de notre jumelage qui sont "amitié, fraternité et entraide" soient portées bien haut par les générations futures, nous nous devons de continuer à construire un idéal commun.


Cet idéal commun, les pères de l’Europe se sont battus pour qu’il existe et se construise. N’oublions pas que l’origine de la création des jumelages tient à la volonté de redémarrer sur des bases fraternelles les relations entre l’Allemagne et les autres pays d’Europe à la suite des événements tragiques de la Seconde Guerre Mondiale.


Promouvoir l’amitié entre les peuples européens est une ambition européenne. Il y a 45 ans, le Traité de l’Elysée marquait l’empreinte de la réconciliation entre la France et l’Allemagne. Le Général de Gaulle et le Chancelier Adenauer réaffirmaient alors la solidarité de nos peuples et le renforcement de notre coopération.


C’est grâce à vous tous que cet idéal continue à prendre corps et vie. C’est cette fabuleuse aventure humaine dont j’ai parlé au début de mon intervention, qui a été la clé de la réconciliation.


Je tiens à rendre hommage à tous ceux et toutes celles qui ont œuvré, se sont engagés.

- Tout d’abord, je veux saluer M. Petit, un des pères fondateurs de notre jumelage, qui sut faire vivre pendant plus 30 ans des liens d’amitié avec Budenheim

- Les associations de jumelage et leurs Président(e)s que je salue et dont je remercie le dévouement dans ce jumelage qui donne corps à notre ambition de construire ensemble cet idéal

- Les associations sportives, culturelles ou de loisirs qui font également vivre cette fraternité

- Les enseignants et les scolaires qui participent par leurs rencontres et leurs échanges à renforcer cette citoyenneté européenne encore en devenir.


Que notre jumelage, comme des milliers d’autres en Europe, apporte une pierre supplémentaire à l’édifice de la paix, toujours aussi fragile mais tout aussi vitale à tous.


Que notre jumelage avec Budenheim, avec l’Allemagne, ô combien symbolique et lourd de responsabilité, participe à l’unification de l’Europe.


Que cette communauté de destins que nous bâtissons à travers une Europe unie et forte se consolide par des initiatives locales de rapprochement, des projets communs de part et d’autre.


Vive notre amitié

Vive Budenheim

Vive l’Europe !

Discours de la présidente de la DFG (Mme Maier) :


Mesdames, Messieurs,


J´aimerais, tout d´abord, présenter mes félicitations aux deux communes pour leurs 40 ans de jumelage, et ceci, de la part de la Deutsch-Französische Gesellschaft, DFG, qui, dans deux ans, fêtera avec l´association Eaubonne-Budenheim, AEB, ses 40 ans d´amitié.


A cette occasion, nous ne devons pas oublier tous ceux qui, bien avant déjà, se sont engagés pour la fondation de ce jumelage. Ils ne sont plus très nombreux parmi nous, mais beaucoup d´autres nous ont rejoints pour continuer à entretenir cette amitié.


C´est un grand plaisir pour moi de saluer, en particulier, Monsieur Petit, maire honoraire d´Eaubonne, qui ne cesse de s´engager en faveur de l´amitié des deux communes et de l´Europe et qui nous motive beaucoup dans notre travail.


Il faut aussi évoquer la Vereinigung Deutsch-Französischer Gesellschaften en Allemagne et en France (VDFG) et la Fédération des Associations Franco-Allemandes pour l´Europe (FAFA), dont nous faisons partie, qui, grâce à leurs congrès annuels en France comme en Allemagne nous soutiennent dans notre travail et notre amitié. Les ambassades et consulats francais ont également joué un rôle fondamental.


J´aimerais maintenant approfondir ces propos en citant deux passages du discours de Monsieur Bernard de Montferrand, Ambassadeur de France, qu´il a tenu à l´Ambassade de Berlin le 19 avril lors de la rencontre des présidents des sociétés franco-allemandes pour la « Journée du dialogue ».


Il a remercié tout d´abord les nombreux représentants présents pour leur engagement infatigable en faveur de l´amitié franco-allemande, partie d´un réseau qui cherche son égal en Europe, car, sans ce travail, la réconciliation franco-allemande n´aurait pas été ce qu´elle est, et quelque chose aurait manqué à l´ Europe.


Je cite :

"Votre travail est extrêmement important. Pourquoi ? Le dialogue franco-allemand est le laboratoire de l´Europe. Là sont réalisées des actions, qui, demain, seront utilisées par d´autres.

Le grand problème de l´Europe, aujourd´hui, réside dans la communication entre les sociétés civiles. Chacun sait qu´il ne suffit pas de s´entendre à Bruxelles ; les peuples doivent aussi être intégrés. C´est pourquoi, les nombreuses relations personnelles, qui se sont nouées entre les Allemands et les Francais, sont irremplaçables pour les relations franco-allemandes comme pour l ´Europe.


J´entends dire parfois : la question franco-allemande, ce n´est plus important, tout a été fait. Mais ce que vous faites, ce n´est pas du passé, c´est ici et maintenant, c´est l´avenir. Ce que vous faites est d´une extrême nécessité.

J´entends dire aussi parfois que l´intérêt pour le pays ami s´est relâché, en France comme en Allemagne ; on se tourne plutôt vers des pays exotiques tels que la Chine ou l´Inde, qui représenteraient l´avenir et non le passé, comme l´Europe.

Là, je dois ajouter : ce n´est pas parce que la réconciliation franco-allemande a été une réussite que nous n´avons plus d´ambitions européennes. En ce qui concerne l´Europe que nous voulons réaliser, il ne s´agit plus de réconciliation : nous devons surmonter les grands défis de l´avenir.

Si nous voulons convaincre les jeunes générations de l´importance de l´Europe et de la question franco-allemande, alors il n´y a qu´une solution : de nos jours, ce n´est que dans le cadre européen que nous pourrons exercer de l´influence. Ce que vous faites est donc toujours d´une grande actualité. Nous devons poursuivre notre engagement en faveur de la cause franco-allemande, non pas parce que nous regardons vers le passé, mais parce que nous agissons ici et aujourd´hui, et, pour notre avenir."

Fin de la citation


C´est pourquoi, nous continuerons dans les prochaines années à travailler ensemble et activement et nous ne nous laisserons pas détourner de notre but, qui est d´approfondir les relations franco-allemandes, en intégrant la jeunesse et en enseignant la langue de notre partenaire, pour donner une base solide à l´Europe.


Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une agréable soirée.

Discours du président de l'AEB (Mr Humbert) :


Mesdames et messieurs, chers amis,


La dynamique franco-allemande existe indéniablement au niveau le plus élevé de nos deux Etats, comme en chacune de nos villes. Depuis 1945, des hommes éminents se sont levés pour l’entretenir et proposer de nouveaux objectifs communs. Les plus beaux fruits de ce volontarisme politique sans équivalent entre deux Etats souverains sont : la paix, la coopération engagée depuis plus de 40 ans (et le quarantième anniversaire de notre jumelage en est un parfait exemple), notre Europe forte de ses 27 membres.


La relation franco-allemande restera toujours pour nos deux pays d’une autre nature : celle de relations très étroites au niveau des écoles, des jumelages entre les villes et entre les régions, celle d’un ciment pour une solidarité européenne toujours plus intense, celle encore des valeurs que nous partageons.


L’Allemagne et la France (et par conséquent, nous tous ensemble) ont plus que jamais besoin de bien se connaître pour unir leurs forces, pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain et pour faire entendre la voix de l’Europe dans le monde.


La qualité de notre dialogue passe par une confiance partagée, par une connaissance des dépendances communes et par un respect authentique des qualités et des particularités de chacun. Dans cet esprit, il est essentiel que nos jeunes soient non pas les spectateurs d’une relation qui pourrait leur paraître démodée, mais les acteurs de celle-ci et mieux encore, les créateurs d’un nouveau type de dialogue.


Le développement inlassable des échanges entre jeunes demeure le fondement d’une nouvelle génération et le plus sûr garant de la poursuite de notre aventure commune.


La connaissance de l’autre, de sa culture, de sa langue est au cœur même de l’identité européenne. Elle contribue puissamment à l’enrichissement de chacun, améliore grandement sa capacité d’adaptation et de préservation de ses qualités propres. Identité européenne et identité nationale, loin de s’opposer, s’enrichissent lorsque le dialogue et les échanges sont intenses, fréquents et profonds. C’est en nous unissant au service de l’acceptation de l’autre, de la diversité, que nous avons contribué à réaliser le rêve de Charlemagne d’une Europe pacifiée, unie et prospère. C’est en le poursuivant que nous pouvons essayer de faire de notre aventure commune un modèle en des temps où les hommes, ailleurs, continuent à se déchirer.


Pour préparer la relance européenne, la relation franco-allemande est plus que jamais indispensable.


Pour préparer ce modèle et construire cet avenir avec les jeunes, pour les impliquer davantage dans notre aventure commune, quatre grandes actions complémentaires se sont avérées nécessaires, mises en œuvre par le conseil d’administration de l’AEB :

- l’enseignement et l’éducation : la présence d’un enseignant, qui plus est professeur d’allemand, est un gage que les problèmes des jeunes seront compris et totalement pris en compte dans la mise en place d’une politique orientée vers la jeunesse (par le biais notamment de stages en Allemagne et d’échanges d’enfants).

- l’activité culturelle, en particulier dans les domaines de la musique (pensons par exemple au concert du 35ème anniversaire avec la participation de nos deux chorales) et de la peinture, là encore l’école est partie prenante avec son enseignement.

- le sport : c’est à travers des échanges sportifs que se crée, puis se noue l’amitié entre les jeunes et les familles d’accueil, qui se prolongera dans la vie adulte.

- Internet : nous avons créé un site Internet (www.asso-aeb.org). Il permet à nos deux associations de s’informer mutuellement et de maintenir entre elles une relation constante. Un contenu enrichi permettra aux jeunes de trouver une information immédiate, utile dans l’élaboration de leurs projets. Il constitue une mise en relation rapide et efficace.


C’est ainsi que quatre personnalités responsables et compétentes font partie de notre conseil d’administration :

M. Pierre Dontenville, actuel vice-président de l’AEB

M. Jacques Jusseaume, président de la Lyre Amicale

M. Didier Bello, président du CSME d’Eaubonne

M. Christian Parent, expert en informatique.

Programme des trois journées de festivités :


16 mai :


- Départ d'Eaubonne en car le matin.

- Soirée au Bürgerhaus (salle municipale)

- Concert de l'orchestre du conservatoire à rayonnement communal (CRC) d'Eaubonne

- Mot de bienvenue du maire de Budenheim et réponse du maire

d' Eaubonne

- Exposition de dessins réalisés par les enfants des centres de loisirs

d' Eaubonne

- Soirée conviviale animée par un chanteur et une accordéoniste (Robert Jacobi et Anita Pirman), prestation de   la société de carnaval et... dégustation de produits locaux.        

            

17 mai :


- Matinée : visite du nouveau parc floral de Bingen au bord du Rhin.

- Soirée sur "le Rhenus" : concert du CRC, croisière sur le Rhin : Bingen Lorelei-Bingen,  discours des deux maires et des présidents de l'AEB et de la DFG, repas et soirée dansante sur le bateau.


18 mai :


- Matinée : au parc du château de Waldhausen, célébration oecuménique (catholique & protestante), collation agrémentée d'airs de jazz exécutés par un trio de musiciens.

- Retour à Eaubonne après cet excellent week-end passé chez nos amis allemands !


 >  Forum des associations : 7 septembre 2008

Le forum des associations organisé par la mairie d'Eaubonne s'est déroulé le 7 septembre 2008. A cette occasion, l'AEB a pu rencontrer de nombreuses personnes intéressées par notre association.


> Le marché de Noël : 13-14 décembre 2008

Comme chaque année, l’AEB était présente au marché de Noël d’Eaubonne. Malgré le temps froid et particulièrement  désagréable, l’ambiance était chaleureuse et conviviale au stand de l’AEB. Le Glühwein (vin chaud aux épices) et le Stollen (gâteau traditionnel) parfumaient délicieusement l’atmosphère. Ces deux jours furent l’occasion de nombreux échanges et bavardages, au cours desquels nous avons pu renseigner les visiteurs intéressés sur les activités de notre association.

> Un jeune Eaubonnais en stage à Budenheim (été 2008)


Je me présente : je m'appelle Nicolas Dupré et suis étudiant en math-spé au lycée Saint-Louis à Paris. J'étudie l'allemand en LV1 et pour me préparer aux concours de l'année prochaine, j'ai décidé de faire un stage en Allemagne.


Par le biais de l'AEB et surtout grâce à Mme Maier, présidente de la DFG (association du jumelage à Budenheim), j'ai pu faire un stage de trois semaines à la mairie, puis un autre d'une semaine dans une banque. Cela a été très intéressant, car j'ai pu observer comment l'allemand était parlé dans la vie de tous les jours (par opposition à ce qu'on étudie à l'école !) J'ai beaucoup appris, mais il me reste encore du travail (en particulier pour améliorer mon accent qui est toujours aussi français !!!)


Lors de mon stage à la mairie, j'ai pu passer un jour aux "Gemeindewerke" , les services communaux qui gèrent les infrastructures de la ville. J'ai visité toutes les installations : électriques, hydrauliques et appris comment l'eau allait du Rhin aux robinets... etc...


De plus, je suis allé deux fois à l'école : le jour de la rentrée (où les enfants de CP reçoivent un grand cornet - "Schultüte" - rempli de friandises et de petits cadeaux) et un autre jour où j'ai suivi le directeur dans ses classes.


Enfin, pendant mes temps libres, j'ai visité les environs : Mayence naturellement, mais aussi Francfort, Wiesbaden, le Rheingau... La ville que j'ai préférée a nettement été Francfort, à cause de son côté très moderne, je pense. Mais j'ai aussi vraiment aimé le Musée Gutenberg à Mayence. Cela m'a rappelé la première fois où j'étais venu à Budenheim (en 5ème). Et puis, il y a eu la Strassenfest de Budenheim, sans parler de tout le reste !


Cependant, c'est sur le plan humain que mon séjour a été le plus réussi : j'étais logé chez les Maier, avec qui je me suis parfaitement entendu. Nous avons fait beaucoup de choses ensemble et avons beaucoup discuté. Ils ont vraiment eu beaucoup de patience, surtout au début !


Finalement, ces quatre semaines sont passées très vite et j'ai très envie de retourner en Allemagne, sûrement pour une période plus longue. J'espère pouvoir partir étudier en Allemagne par le biais de ma future école. Rendez-vous dans un an !

> Un jeune Eaubonnais en stage à Budenheim

> Témoignage de la famille Dontenville (mai 2008)


La fête du quarantième anniversaire de notre jumelage a été une belle réussite et nous remercions chaleureusement nos amis allemands pour le programme si riche ! Mention spéciale pour la promenade dans le parc de Bingen, sur les rives du Rhin et la croisière romantique jusqu'à la Lorelei, avec coucher du soleil, arc en ciel, repas, musique et danses.... belle fête, symbole de l'amitié franco-allemande.

Divers

pour le maniement du diaporama, passer la souris sur la photo principale.